Excellent
Noté 9,5/10 selon 376 avis voyageurs vérifiés Shanti Travel Trustpilot
Voyage Kerala - Shanti Travel
 +91.11.46.07.78.00
Devis gratuit

Kerala : informations Locales

Le Kerala, au sud ouest de l’Inde a toujours été un carrefour de commerce. Sa longue cote a toujours permis le contact avec l’extérieur tandis qu’une grande chaine de montagne protégeait la région au nord et a l’est. Ses richesses naturelles tels les bois précieux ou les épices, ont de tout temps attirées différentes populations, qui se sont installées créant ainsi au fil des siècles les multiples communautés qui font du Kerala une région en soi, très multiculturelle. Enfin, l’abondance et de variété des paysages permis par une abondante hydrométrie sont époustouflantes.

 

Géographie

Kerala

Kérala signifie "pays des cocotiers" en malayalam, la langue locale. C’est une étroite bande de terre située à la pointe sud-ouest de l’Inde, bordée par le Karnataka au nord et par le Tamil Nadu à l’Est.

La région bénéficie d’une importante hydrométrie, marquée par deux moussons, qui lui permettent un approvisionnement en eau régulier. Elle est aussi parcourue par de nombreux bras d’eau (les backwaters) et rivières. Avec une diversité de paysages étonnante, le Kerala offre tout à la fois des plages paradisiaques, des rizières, des collines de plantations de café et d’épices ainsi que la plus haute plantation de thé du monde.

La géographie et le climat font du Kerala une terre d’abondance ; ainsi, rizières, cocoteraies, jardins d’épices, plantations de thé et de café, arbres fruitiers et légumes forment une importante partie du paysage. Actuellement, 97% de la production indienne de poivre sont cultivés sur ses terres, c’est le plus important producteur mondial de cardamome et il fournit en noix de coco et produits dérivés, ainsi qu’en épices diverses (inséparables de l’art culinaire indien) une grande partie de l’Inde. Géographiquement, nous pouvons diviser la région en trois zones :

  • Une côte sablonneuse, la Côte Malabar, à l’Ouest, où l’on cultive le cocotier et le riz et où se pratique la pêche. Cette zone côtière se caractérise aussi par ses célèbres canaux, les backwaters où des maisons flottantes (houseboat) s’entrecroisent dans un labyrinthe de mangroves.
  • Une zone médiane constituée de vallées, collines et plaines où la culture la plus importante est le caoutchouc et où l’on trouve aussi des plantations de tamarin, de noix de cajou, d’ananas ainsi que des jardins d’épices.
  • Une zone montagneuse, à l’Est, couverte de forêts et de plantations de thé et café. Le plus haut pic de cette chaîne de montagnes (les Ghâts Occidentaux) est l’Anamudi dans le district d’Idukki ; du haut de ses 2817,06 m c’est le plus haut sommet de l’Inde après les pics himalayens.

Historie

Kerala

« Parasuraman (Rama à la hache), un avatar de Visnu, aurait fait émerger de l’océan le Kerala et le pays Tulu (sud du Karnataka) en jetant sa hache ; il fit don de ces terres à des brahmanes. Toutefois, les brahmanes ne s’entendant guère en politique, ce fut un souverain étranger qui fut appelé pour exercer le pouvoir. Ce rajah fut le premier d’une série mythique de souverains, les perumal, dont chacun était appelé à régner 12 ans ».

La mer d’Oman, qui borde le Kerala à l’Ouest, a toujours permis à la région le contact avec l’extérieur et a ainsi permis le développement d’un commerce florissant d’épices, en particulier du poivre, et de bois précieux avec l’Asie (notamment la Chine), le Moyen-Orient et l’Europe. Ces échanges commerciaux ont, au fil de l’histoire, favorisé l’implantation des communautés chrétiennes, musulmanes, ou juives que l’on retrouve actuellement au Kerala. Les richesses du Kerala étaient connues du monde gréco-romain et donnaient lieu a un commerce prospère. Plus tard, au Moyen Age, ce sont les perses et les arabes qui font commerce avec le Kerala ; les épices, l’arec et les produits dérivés du coco s’échangent alors contres riz, pierres précieuses et cotonnades.

Les juifs et les chrétiens se seraient installés au cours du 1er siècle de notre ère, tandis que la religion islamique apparaît vers le VIIIe siècle. Vasco de Gama et sa flotte débarquent à Calicut en 1498 ; quelques années plus tard, en 1503, Albuquerque arrive à Cochin. C’est le début de la présence portugaise au Kerala. La prospérité des Portugais attire les Hollandais qui prennent le pouvoir à la fin du XVIIe siècle. Un siècle plus tard, ce sont les anglais qui prennent le contrôle du Kerala, comme du reste de l’Inde, et obtiennent le monopole du commerce des épices.

Le Kerala n’échappe pas aux mouvements de révoltes nationalistes qui agitent le pays et qui marquent le début du XXè siècle ; les Indiens réclament leur indépendance. Ce n’est qu’en 1947, le 15 août, que se constituera la République d’Inde. Le Kerala fut formé en 1956, sur une base essentiellement linguistique, par le regroupement des Etats princiers de Travancore et de Cochin avec certains districts de la Province de Madras. Une première demande de réorganisation du district de Malabar s’était manifestée en 1928, alors que l’Inde était sous occupation anglaise ; elle fut réitérée lorsque l’indépendance indienne se mit en place à la fin des années 40. Ainsi en 1949 se crée l’Etat Travancore-Cochin, premier pas de l’unité kerali et de la langue malayalam.

En 1957, les premières élections sont remportées par le parti communiste indien et, malgré une importante instabilité politique, il reviendra régulièrement au pouvoir et souvent allié à d’autres partis. Le kerala est le 1er état du monde à avoir élu démocratiquement un gouvernement communiste.

Les Keralais

Kerala

Le Kerala est considéré comme étant l’un des Etats les plus progressistes de l’Inde, notamment en matière d’éducation ; il possède le plus haut taux d’alphabétisation du sous-continent : 93, 91% (la moyenne nationale est de 74%) et c’est le seul Etat comptant plus de femmes que d’hommes (Sex ratio = 1084 F pour 1000 H en 2011). On y compte 33 387 677 habitants (2011) ; enfin, c’est un des Etats où la densité de population est la plus forte : 859 habitants au Km2.

Une autre particularité du Kerala est l’importance de sa diaspora à l’étranger, notamment dans les pays du Golf (essentiellement Emirats et Arabie Saoudite) ; environ 3 millions de Kerali travaillent dans le golf générant ainsi un revenu énorme dont une grande partie est renvoyée au Kerala (femmes de la famille, prévisions retraites, …). Cet aspect social est extrêmement important et contribue largement à l’enrichissement du Kerala.

Forts d’un héritage culturel et commercial extrêmement riche, les Kerali se veulent tolérants, notamment en matière de religion et sont depuis longtemps des acteurs importants de la lutte contre la discrimination envers les castes les plus basses. Le tout s’intègre dans une conscience politique collective très forte.

La population du Kerala est réputée pour sa tolérance mais aussi pour sa forte conservation des traditions auxquelles la population est très attachée. Cet attachement aux traditions se retrouve de manière frappante dans les arts : Théâtre, danse, arts martiaux ; les grandes épopées hindoues ainsi que les légendes locales y sont racontées à grand renfort de masques, maquillage, costumes et autres apparats. Ne manquez pas d’assister à une représentation de Kathakali (théâtre) ou de Kalaripayattu (art martial) au cours de votre séjour au Kerala.

Religions

Kerala

Comme dans l’ensemble de l’Inde, la religion au Kerala articule tous les aspects de la vie quotidienne et extra-quotidienne. Elle définit aussi les activités culturelles, sociales voire économiques. Le Kerala présente toutefois une particularité par rapport au reste de l’Inde : c’est le seul Etat du sous-continent à compter deux minorités représentant près de la moitié de la population. Musulmans (24%) et chrétiens (19%) cohabitent alors avec une majorité hindoue relative (57%). L’influence musulmane mais surtout chrétienne est extrêmement marquée dans la culture des kerali.

Les religions indiennes, védisme, jaïnisme et bouddhisme, semblent s’être implantées dans les derniers siècles précédant l’ère chrétienne, toutefois, la région ne se serait « hindouisée » qu’à partir du Vème siècle. Alors que l’hindouisme est en expansion, jaïnisme et bouddhisme déclinent (celui-ci disparaitra presque totalement au 11è s.) ; les idées brahmaniques influencent grandement la vie sociale, culturelle et religieuse : organisation selon le système des castes, rabaissement du statut de la femme, mise en avant du végétarisme comme forme supérieure d’alimentation, alors que la viande et le poisson sont très consommés : la société kerali hindoue se met alors en place.

Le christianisme aurait été introduit par l’apôtre St Thomas qui, selon la tradition, serait arrivé au Kerala en 52. Il aurait construit 7 églises et converti des familles importantes, notamment brahmanes.

En 68, arrivée de Palestine, une petite communauté de commerçants juifs s’établit, s’agrandit et devint rapidement puissante, ayant ainsi de bons rapports avec les gouverneurs. Au milieu du IVè siècle, un marchand perse, Thomas de Cana, serait venu avec un évêque, plusieurs prêtres et un groupe de chrétiens qui auraient converti des basses castes. Par l’intermédiaire des marchands arabes et persans (moppilah), des musulmans s’installent au Kerala entre les VIIè et IXè siècles : ils construisirent des mosquées, des écoles coraniques et épousèrent des indiennes. Mais, alors que dans le Nord de l’Inde, la conquête musulmane fut violente, l’arrivée des musulmans au Kerala fut marquée par l’échange commercial et la tolérance des communautés religieuses en présence. En parallèle, les autres communautés religieuses acquièrent petit à petit une certaine prospérité. Les activités chrétiennes sont menées en tradition avec le culte syrien jusqu’à l’arrivée des Portugais à la fin du XVè siècle, qui imposent alors le rite latin. Leur occupation mettra fin à la prospérité du commerce des juifs et des chrétiens de rite oriental. Les Hollandais introduisent le protestantisme au XVIIè siècle ; enfin, au XIXè siècle, on assiste à l’établissement de l’église anglicane avec le pouvoir anglais. Quatre siècles de présence étrangère ont extrêmement marqués la culture kerali et le voyageur médusé s’étonnera de la présence importante d’églises et chapelles

Actuellement, les hindous sont présents un peu partout dans le Kerala et représentent environ 3/5 de la population ; les chrétiens, concentrés essentiellement dans le centre de l’Etat, forment la troisième communauté derrière les musulmans, héritiers de la désignation Moppilah, que l’on retrouve majoritairement dans le nord de la région.

Climat

Kerala

Avec une dominante tropicale, le Kerala jouit de divers climats, selon le relief. La région bénéficie d’une importante hydrométrie, marquée par deux moussons, qui lui permet un approvisionnement en eau régulier. Les premières pluies apparaissent, éparses, dès la fin du mois de mars, puis se font plus régulières et plus fortes de juin à septembre. La seconde mousson, beaucoup plus faible et irrégulière, dure de septembre à janvier. Le Kerala étant coincé entre la mer d’Oman et la chaîne des ghâts occidentaux, il échappe aux sécheresses estivales dont souffrent les Etats voisins. Outre l’humidité, qui peut parfois atteindre 95%, le climat est plutôt clément.

L’année s’articule autour de 3 saisons :

  • L’été (24-35°): de fin février à début juin, où chaleur et humidité sont omniprésentes.
  • La mousson (18-28°) : de juin à Octobre. Si, à priori, ce n’est guère la période idéale pour voyager, ce n’est pourtant pas déplaisant. Certes, il pleut et parfois beaucoup, mais c’est aussi l’occasion de découvrir un ‘autre’ Kerala, moins touristique, plus romantique.
  • L’hiver (20-30°), de novembre à février, est la saison la plus propice au voyage.

Cuisine

Kerala

A l’instar des autre cuisines indiennes, la cuisine du Kerala est extrêmement raffinée et riche en saveurs. Résultat de siècles d’échanges commerciaux avec l’Orient, l’Asie et l’Occident, les influences culinaires sont multiples et se mêlent pour créer une gastronomie unique.

Si le riz constitue l’aliment de base, les accompagnements et leurs saveurs sont innombrables. La noix de coco est aussi une composante essentielle de la cuisine du Kerala : râpée, en lait ou en huile, elle se retrouve dans une grande majorité de préparations. Par ailleurs, la géographie originale du Kerala permet d’apprécier une grande variété de plats : régalez vous de curry de crevettes, de poisson grillé, poché ou encore frit tout le long de la côte. Savourez un curry de bœuf (si, si !) accompagné de tapioca dans les plaines. Enfin, un ragoût de viande et des rouleaux de riz dans les montagnes. Le riz n’est pas seulement consommé en grain mais aussi sous de multiples formes dérivées: dégustez les traditionnels idli (gâteaux de riz) accompagnés de chutney de coco (mélange de noix de coco râpée, de graines de moutardes, de piments et d’huile), les puttu, rouleaux de noix de coco râpée et de farine de riz cuits à la vapeur accompagnés de curry de pois chiche, les appam, galette moelleuse de riz servies avec du ragoût végétarien ou pas .

Le café étant cultivé au kerala, et plus largement en Inde du Sud, il est largement consommé. Noir ou mélangé à du lait et du sucre, il est accessible dans n’importe quelle échoppe de rue.Le thé (chai), dont les plantations peuvent être admirées dans les hauteurs, est aussi un incontournable. On le boira noir ou accompagné de lait et de sucre

Des incontournables...

  • Choru : choru signifie riz en malayalam. Il désigne aussi le déjeuner traditionnel : du riz local accompagné de diverses préparations de légumes et éventuellement de poisson ou de viande.
  • Dosa : grands galette à base de lentilles et de riz, parfois fourrée de légumes ou arrosées de beurre clarifié (ghee).
  • Idli : petits gâteaux de riz cuits à la vapeur
  • Pazhampodi : bananes frites dans de l’huile de coco (snack).

Shopping

Kerala

Le Kerala s’enorgueillit d’un artisanat bien spécifique. Il est souvent la spécialité d’une communauté et se transmet de génération en génération. Par ailleurs certains artisanats sont très localisés. Parmi les plus importants se trouvent :

  • La sculpture sur bois (rose, santal, coco, hévéa) : statues, objets décoratifs
  • Le travail d’alliage de métaux, souvent cuivre et métaux : pots, lampes à huiles,
  • Fabrication d’objets à base de fibre de coco ou de cane : tapis, nattes, set de table, boites, …
  • La laque : c’est une pratique artisanale assez récente au Kerala ; les bois utilisés sont principalement le bois de rose et le bois de santal : boites, objets décoratifs…
  • Sculpture sur ivoire (de buffle) : statues, miniatures,…
  • Les bijoux : véritable monnaie d’échange, l’or est très couru en Inde du Sud, surtout au Kerala. On dit d’ailleurs que l’on reconnait la richesse d’une ville au nombre de bijouteries qu’elle compte ! Certains bijoux sont si finement travaillés qu’ils évoquent de la dentelle.

Enfin, les incontournables du Kerala sont les épices : poivre (le poivre du Malabar, autrefois appelé ‘or noir’, est l’un des plus réputé au monde), cannelle, cardamome, clous de girofle, gingembre, … la liste est longue ! Constituez-vous un petit set à ramener en France, telle une extension de votre voyage...

Festivals

Kerala

Au Kerala , comme dans le reste de l’Inde, les fêtes et festivals se font concordance avec le calendrier local (ici, kerali), celui-ci est défini selon les phases lunaires. L’Inde du Sud ayant une culture à part entière, on y retrouve assez peu les grandes fêtes populaires du Nord (Holi, Diwali, Ganesh Chaturthi, …). Les dates des festivités sont différentes d’une année sur l’autre car elles sont fonction du calendrier lunaire. Célébrées avec enthousiasme et gaieté, les fêtes sont de véritables bijoux au service de la tradition et de la culture kéralaise.

JOURS FERIES

  • Fête de la République : 26 janvier (dans toute l’Inde) Le plus grand jour férié indien marque la création de la République indienne et l’adoption de sa Constitution en 1950.
  • Fête de l’indépendance : 15 août (dans toute l’Inde) : célébration de l’indépendance de l’Inde
  • Gandhi Jayandhi : 02 octobre (dans toute l’Inde) : célébration du jour de la naissance de Gandhi

FESTIVALS RELIGIEUX

  • Sivarathri (fév-mars): Shivaratri signifie la nuit de Shiva ; célébrée en février-mars pendant une journée et une nuit, il est de tradition de jeûner et de rester éveillé. De nombreuses croyances sont associées à cette nuit particulière ; Voici la plus répendue : lors de la création du monde, les dieux barattant l’océan primordial auraient vu émerger un pot de poison ; ne sachant que faire, ils auraient fait appel à Shiva. Celui ingurgita le poison sans toutefois l’avaler. C’est ainsi qu’il sauva le monde. Célébré dans toute l’Inde, Shivaratri est, à la nuit tombée, l’occasion d’assister à des spectacles de danse ou de musique dans les temples shivaites. Au Kerala, c’est au temple d’Aluva Manappuram, sur les berges de la rivière Periyar, que les festivités sont les plus spectaculaires.
  • Vishu (avril): Vishu est la célébration du nouvel an Keralais. Célébration de tradition hindoue, tombant généralement la 2è semaine d’avril, Vishu est une fête ‘domestique’ : elle est essentiellement célébrée dans les foyers. L’événement principal de Vishu est le Vishukkani : la première chose qui est vue (dans la journée) : il ne doit s’agir que d’objets auspicieux, généralement rassemblés sur l’autel domestique, afin de profiter de ces auspices tout le reste de l’année.
  • Onam (août-septembre): bien que de tradition hindoue, ce festival est LA grande célébration du Kerala. Il célèbre d’une part les moissons mais aussi et avant tout la visite annuelle du légendaire roi Mahabali, après que celui-ci est était vaincu par Vamana, l’un des avatars de Vishnu. Pendant 10 jours, l’héritage culturel Kerali est mis en exergue : cuisine, vêtements, cours et paliers des maisons sont ornés de tapis de fleurs. Pendant 9 jours, chaque foyer prépare la visite de Mahabali et célèbre la grandeur de leur roi, pour le jour sacré d’Onam, Thiruvonam. Bien qu’Onam soit le plus important festival du Kerala, c’est une célébration avant tout ‘domestique’ et familiale.
  • Thrissur Pooram : Célébré avec une grande ferveur au mois de medam (mi avril à mi mai), le pooram de Thrissur est le plus grand du Kerala en termes de participant et de nombre d’éléphants (au moins 30). Deux groupes rivaux sont en compétitions, chacun ayant droit à 15 éléphants maximum : le groupe gagnant est celui ayant les meilleurs éléphants en termes d’ornements et d’endurance, les meilleurs apparats et les meilleurs feux d’artifice. La compétition est accompagnée d’un ensemble de 5instruments : percissions et instruments àç vent. Le festival a lieu au temple de Vadakkunnathan, dans le centre la ville et dure 36 heures. Une des célébrations les plus impressionnantes du Kerala !
  • Noël (25 décembre): Le Kerala comptant une très importante minorité chrétienne, noël est ici un grand jour. Des messes sont célébrées dans toutes les églises à compter du 24. Le 25 est l’occasion pour les familles de se réunir (certains viennent de très loin pour retrouver leurs proches et célébrer la nativité).

FESTIVALS CULTURELS

  • Carnaval de Cochin (1er janvier) : le défilé haut en couleurs du carnaval de Cochin est à admirer. Les participants, à pieds ou sur chars, usent de toute leur imagination pour rendre vrai le personnage qu’ils incarnent. Vous pouvez aussi participer !
  • Kerala Village Fair (mi janvier) : à Kovalam, pendant 10 jours est reconstitué un gramam, village traditionnel Keralais. Ici, c’est donc la culture Keralaise qui est mise en exergue : cuisine, danses, théâtre, arts martiaux…
  • Anayottam (course des éléphants - 17-20 janvier) : De Thrissur à Tiruvananthapuram (ancienne Trivandrum), 101 éléphants ornementés paradent et se course. Le festival est célébré pendant 4 jours fin janvier et comporte 4 étapes : Thrissur, Cochin, Allepey et Tiruvananthapuram. La spectaculaire finale offre la possibilité d’assister à des spectacles de danses et musique.
  • Festival de Nishagandhi Nritya (21-27 février) : festival de danse organisé par l’office du tourisme du Kerala, il a lieu dans le théâtre en plein air de Nishagandhi. Venez y admirer les danses classiques indiennes (Bharatha natyam, Mohiniyattam, Kathak, Odissi,…). C’est le plus important festival de danse du Kerala.
  • Course de bateau Nehru (Allepey - Août) : compétition ayant lieu chaque 2è samedi d’août sur le lac Punnamada (Allepey), elle doit son nom au premier Premier ministre de l’Inde indépendante, Jawaharlal Nehru, qui visita le Kerala en 1952 et en l’honneur de qui une course de bateau fut organisée ; Nehru promit un trophée au gagnant. La course s’est perpétuée et garda le nom de cet invité prestigieux. Pendant une journée, des dizaines de bateaux-serpent (car étroits et très longs) dont certains comptant près de 100 rameurs se coursent sur le lac, attirant ainsi sur les berges de celui-ci des milliers de spectateurs.
  • Festival de musique de Chembai (septembre) : pendant 11 jours, des centaines de musiciens classiques partagent leurs talents avec les spectateurs. C’est, en termes de participants, un des plus grand festivals de musique carnatique d’Inde du Sud.

Ils ont voyagé avec nous


Trustpilot
 
 
 
 
Logo ShantiTravel Footer

                       
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez 2 fois par mois nos idées et conseils de voyage
 
Contactez-nous

Experts basés :

New Delhi - Pondichéry (INDIA)
Colombo (SRI LANKA)
Katmandou (NEPAL)
Rangoun (BURMA)
Hanoï (VIETNAM)
Bali (INDONESIA)

Tel INDE: +91.11.46.07.78.00
Skype: shantitravel
Email:
Conditions générales de vente · Copyright Voyage Kerala © · tous droits réservés